L’énergie et l’imagination des habitants·antes

Le photographe ambulant illustre ici l’engagement bretillien durant le premier confinement. Le récit commence avec les soignants·antes, un coursier à vélo, ou des couturières volontaires. Cet élan se perpétue encore avec l’implication d’habiles pilotes de machines de découpe laser. Dans les universités ou les fablab. La problématique s’élargit enfin en suivant une coopérative de confection de masques locaux et écologiques mais aussi en immortalisant des familles confinées.

L’incertitude et l’attente des premières semaines

Sur la première photographie, le confinement est en vigueur depuis presque dix jours lorsque débute l’histoire. Sa livraison faite au cabinet médical, un livreur jette un rapide coup d’œil derrière lui. Sur son visage, une expression mêlant empressement et anxiété. Ses pas le rapprochent de la camionnette qui tourne au ralenti à quelque mètre de là. Les vitres de l’accueil de cette maison médicale laissent apparaître des affichages inédits à l’époque. Visibles ça et là : des consignes écrites en lettres majuscules colorées rappelant la présence d’un danger invisible.

L’histoire commune d’un évènement exceptionnel

Le portfolio se termine, trente-huit photographies plus loin, par un portrait de famille, une mère et ses cinq enfants à l’entrée de leur immeuble à Rennes. Nous sommes au début du mois de mai, peu de jours avant la “réouverture”. Contrairement à la paix qu’elle inspire, l’élégante femme en costume traditionnel aura vécu un confinement particulièrement agité et chaotique. En effet, Joséphine*, travaille dans le domaine du soin aux personnes âgées. Dans son quotidien professionnel, elle a incarné cet engagement bretillien. A son niveau et avec celles et ceux qui étaient en première ligne sur le théâtre d’opération pandémique.

* Le prénom a été modifié

Pour aller plus loin...

Vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux ou par courriel. Votre retour est très important pour le photographe ambulant. Alors, n’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de cette page.

Vous pouvez enfin le suivre sur les réseaux sociaux ou vous placer “dans la roue” en vous inscrivant à la lettre d’information périodique du vélo-photographe.

Le photographe ambulant sillonne la métropole rennaise à vélo. Il parcourt aussi, en auto cette fois, des contrées plus éloignées pour mettre en lumière l’engagement. Celui des femmes, des hommes, des organisations et des territoires.

Le vélo photographe a ainsi décidé d’ #agirmaintenant. Agir face à l’urgence climatique pour rendre visible et concret un récit alternatif de société, plus sobre et résiliente.

En choisissant le photographe ambulant, vous faites appel à un professionnel concerné et pleinement engagé dans la transition, qu’elle soit énergétique ou sociétale. Découvrez qui se trouve derrière l’appareil photo…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *